Öffentliche n°2384

Petitionär/in: Katia Litim

2 jours de télétravail par semaine pour tous, y compris les frontaliers

Ziel der Petition

L'accord permettant aux frontaliers de télétravailler prend fin le 30 juin. La pandémie aura permis d'implémenter à grande échelle une nouvelle manière de travailler en développant tous les outils nécessaires au télétravail des collaborateurs. Le monde de l'entreprise a ainsi découvert ... mehr

Beweggründe für die Petition

Les limitations fiscales et de sécurité sociale de l'ancien monde doivent être revue à la hausse. Avec une limite (fiscale) annuelle de 19 jours en Allemagne et 34 jours en Belgique et en France, le tout limité à 25% du temps de travail annuel (coté sécurité sociale), les collaborateurs ... mehr

abgelaufen  23.08.2022
13892 /4.500
100%
gesammelte Unterschriften

Petition teilen

Verlauf dieser Petition

Icon process
07.09.2022

Die öffentliche Petition Nr. 2384 hat am 07-09-2022 das Quorum von 4500 gültigen Unterschriften erreicht

07.09.2022

Gültige Online-Unterschriften: 13892

24.08.2022

Die Frist zum Unterschreiben der öffentlichen Petition Nr. 2384 ist am 24-08-2022 abgelaufen - Zahl der Online-Unterschriften vor Überprüfung: 14000

13.07.2022

Die öffentliche Petition Nr. 2384 kann ab dem 13-07-2022 unterschrieben werden

13.07.2022

Zulässigkeitsbescheid

12.07.2022

Die öffentliche Petition Nr. 2384 wurde am 12-07-2022 von der Präsidentenkonferenz für zulässig erklärt

Zulässigkeit : zulässig

Beginn der Unterschriftsphase : 13-07-2022 um 0:00

Ende der Unterschriftsphase : 23-08-2022 um 23:59

11.07.2022

Das Gutachten des Petitionsausschusses vom 11-07-2022 betreffend die Petition Nr. 2384 fällt positiv aus

Gutachten des Petitionsausschusses : positiv

24.06.2022

Die öffentliche Petition Nr. 2384 wurde am 24-06-2022 eingereicht.

Titel der Petition: 2 jours de télétravail par semaine pour tous, y compris les frontaliers

Ziel der Petition: L'accord permettant aux frontaliers de télétravailler prend fin le 30 juin.

 

La pandémie aura permis d'implémenter à grande échelle une nouvelle manière de travailler en développant tous les outils nécessaires au télétravail des collaborateurs.

Le monde de l'entreprise a ainsi découvert les bons et les moins bons côtés de ce mode de travail qui permet de limiter les déplacements et leurs impacts écologiques destructeurs, de réduire significativement les embouteillages, d'améliorer le bien-être des salariés en améliorant leur équilibre vie-privée / vie professionnelle. D'un autre côté, le télétravail a aussi eu pour effet de réduire les échanges informels dans l'entreprise, d'isoler certains collaborateurs et de réduire la créativité de l'esprit d'équipe.

 

Ce mode de travail 100% télétravail n'était pas viable.

Néanmoins, n'est-il pas temps de trouver le juste équilibre entre ces 2 mondes en permettant également aux frontaliers de maintenir une dose suffisante de télétravail?

Gründe für das allgemeine Interesse dieser Petition: Les limitations fiscales et de sécurité sociale de l'ancien monde doivent être revue à la hausse. Avec une limite (fiscale) annuelle de 19 jours en Allemagne et 34 jours en Belgique et en France, le tout limité à 25% du temps de travail annuel (coté sécurité sociale), les collaborateurs frontaliers n'atteindront même pas un jour par semaine de télétravail.

 

En plus de renouer avec les embouteillages et leurs effets dévastateurs sur l'environnement, d'affecter négativement l'équilibre vie-privée / vie professionnelle des collaborateurs, et d'impacter négativement le pouvoir d'achat des ménages compte tenu de la hausse des coûts de carburant, cela crée des distorsions dans l'entreprise entre les collaborateurs residents à Luxembourg qui ne sont pas soumis à ces restrictions.

 

Le télétravail pour tous doit être généralisé au nom (entre autres) du développement durable (réduction de la mobilité pendulaire, diminution de la pollution, amélioration de la qualité de l'air).

 

Une solution pérenne avec un cadre encadré et régulé doit être trouvée au niveau Européen pour revoir les accords de sécurité sociale ainsi que les limites fiscales.

 

Cette solution peut être limitée aux travailleurs frontaliers des zones les plus proches doivent être concernés afin de limiter le risque de distorsion et de concurrence.

 

L'extension du télétravail des frontaliers des zones les plus proches à un minimum à 40%, à savoir 2 jours par semaine (limite fiscale et sécurité sociale) est essentielle.

 

Cela permettrait de retirer le meilleur des 2 mondes en développant un mode de travail hybride plus respectueux de l'environnement tout en maintenant la dynamique positive des interactions sociales en entreprise et en améliorant le pouvoir d'achat des ménages compte tenu de la hausse

des coûts de carburant. Ceci est en ligne avec les attentes des collaborateurs aujourd'hui qui voient le télétravail comme un élèment crucial de leur équilibre en entreprise.